La Compagnie

Fondée à Villa Gesell, un village de la côte argentine, où Valeria Guglietti a présenté ses premières créations d’ombres chinoises. Auparavant, elle avait participé à Buenos Aires à d’autres projets comme actrice, chanteuse, marionnettiste et elle avait fait partie également de la Compagnie Tarantantango, qui présentait un spectacle de marionnettes et tango le soir, et qui faisait partie de la programmation du théâtre de rue “a la gorra”.

Ensuite elle a commencé à proposer ses premières productions d’ombres chinoises en montant sa propre compagnie.
La grâce, la créativité et l’aisance qu’elle a su exprimer à travers cet art millénaire reçut un accueil enthousiaste de la part d’un public de tous âges.

A partir de ce moment, la pratique et la recherche furent fondamentales dans cette discipline où l’information n’est pas très abondante. Grâce à la dextérité manuelle acquise par des années de piano dans son enfance, elle a pu développer ses propres créations avec une grande habileté, en s’appuyant sur les publications de Sergio Taján, les vidéos de Fu-Manchú et de Mac Rubens, ainsi que sur les conseils et l’apport technique de Gustavo Di Sarro, et les premiers accessoires réalisés par Alejandro Bustos. Ses études de théâtre et chant, doublés de son expérience scénique ont apporté à l’artiste la sensibilité nécessaire pour obtenir des mises en scène intéressantes.

Une fois installée en Espagne, elle a proposé des spectacles en incorporant des accessoires, des effets visuels, qui liés à la bande sonore composée par Luis Roca, ont contribué à consolider son premier show : “Ne touchez pas mes mains”. Elle a touché une audience nationale puis internationale grâce à son originalité. Elle a participé à la programmation d’importants festivals internationaux dans le monde des Marionnettes, des Arts Visuels, des spectacles infantiles, Cabarets, Magie, Arts Scéniques, Théâtre de Rue, Concours d’Artistes et même à des Galas et festivals de Cinéma. Elle a reçu des prix, et a préparé des spectacles ponctuels sur commande.

Elle n’a cessé de produire, et a créé “Mains Libres” qui participe à de nombreux festivals et programmes de théâtre pour enfants. Elle y utilise de nouvelles ressources et de nouveaux personnages. De même dans “Mains et Mains”.

Tous ses spectacles préservent le langage muet pour éviter des barrières linguistiques et maintient le code artisanal des Ombres Chinoises réalisées avec les mains et de petits accessoires vus par les spectateurs. Elle n’utilise qu’une source de lumière, une scène réduite et un écran ou un mur blanc afin de pouvoir se produire dans tout type de salle, auditorium, théâtre ou centre social et ainsi toucher tous les publics, pour réaffirmer et développer cet Art traditionnel, millénaire et peu diffusé.

Comments are closed.